Aller au contenu

Sur l’île des Zertes (L’école des loisirs)

Mais qui habite sur l’île des Zertes ? Un certain Jules et son ami Diouc, le clou. Détail de ce livre aux dessins et histoires riches en rebondissements.

Fiche technique

Sur l'île des Zertes Claude Ponti
  • Éditeur : L’école des loisirs
  • Auteur : Claude Ponti
  • A partir de 3 ans
  • Prix : 5€

L’histoire

C’est l’histoire de Jules le zerte, qui vit sur l’île des Zertes. On y découvre au début du livre son quotidien étonnant avec son amis Diouc le clou : que ce soit la douche en l’air ou la composition de bouquet de fleurs qu’il va offrir à une brique. Ce Jules est bien étonnant.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti
Sur l'île des Zertes Claude Ponti

On découvre au fil du livre, 6 petites histoire contant les aventures de Jules.

La première histoire raconte comment Jules et Diouc le clou sont devenu amis. Suite à une attaque du Martabaff (un terrible marteau), Diouc fut enfoncé dans l’herbe, sans pouvoir en sortir. Jules l’aida, et ce fut à cet instant qu’ils devinrent amis.

Insolite comme histoire, n’est-ce pas ?

Sur l'île des Zertes Claude Ponti
Sur l'île des Zertes Claude Ponti
Sur l'île des Zertes Claude Ponti

Ce n’est que le début. La seconde histoire liste 3 choses que Jules déteste :

Jules déteste d’abord le Martabaff, ce marteau qui un peu fou aime taper sur tous le monde pour les clouer !

Sur l'île des Zertes Claude Ponti

Jules déteste ensuite les trous, ces petits coquins qui se faufilent devant les gens pour que ces personnes tombent dans le trou.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti

Et enfin, Jules déteste le Couv-Touïour, un gros oiseau qui aime attraper les zertes pour les couver dans son nid !

Sur l'île des Zertes Claude Ponti

La troisième partie du livre liste des choses que Jules aime. Et comme nous sommes chez les Zertes, ce sont des choses originales. On découvre alors que Jules aime notamment offrir des fleurs ou des saucisses à la brique, qu’il aime imiter un glaçon dans un verre de pétillonade ou donner à manger aux Carpoizelles.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti
Sur l'île des Zertes Claude Ponti

On se demande tous à cet instant pourquoi Jules est amoureux d’une brique. La quatrième histoire sur l’île des Zertes l’explique.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti

Un accident de Martabaff (un vilan coup sur la tête), a rendu notre cher ami Jules tout sloumpy-sloumpy. Et à son réveil, il est tombé amoureux de la brique. Vous comprenez ?

La cinquième histoire conte le jour où Jules a été très triste.

Un jardinier d’une grande méchanceté, fit remarquer à Jules que la brique ne l’aimera jamais en retour. Jules, le cœur brisé, pleura jusqu’au bout de ses larmes.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti

La sixième et dernière histoire sur l’île des zertes, raconte comment Jules rencontra Roméotte, une petite zerte. Tout commence lorsque Jules tenta d’échapper au Martabaff. Il sauta par dessus un trou pour éviter dedans et.. paf ! tomba sur Roméotte.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti
Sur l'île des Zertes Claude Ponti

Ils furent tous les deux un peu « sloumpy-sloumpy » et tombèrent immédiatement amoureux l’un de l’autre. L’histoire se termine avec Jules et Roméotte en train d’admirer la course des étoiles dans le ciel.

Sur l'île des Zertes Claude Ponti
Sur l'île des Zertes Claude Ponti

Notre avis sur le livre

Sur l’île des Zertes est un recueil de 6 petites histoires où l’auteur prend plaisir à jouer avec les mots. Du titre (l’île des Zertes, comprenez, l’île déserte) aux numéros d’équilibre avec Pitt et Gore, ce livre est haut en couleurs. Le livre possède des dessins très détaillés, d’un univers atypique où chaque élément de l’image est en mouvement et en vie.

La lecture du livre peut s’avérer un peu difficile au départ, notamment avec les mots inventés, mais ne vous laissez pas abattre, car quelques lectures vont suffire à faire accrocher l’adulte et l’enfant à cette fabuleuse histoire.

Si ce livre vous intéresse, vous pouvez le retrouver ici : Sur l’île des Zertes, Claude Ponti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.